La tribune de l’opposition

MOULAY_MOHAMEDLe 17 novembre au Conseil Municipal, les élus de La Ville au Cœur ont eu plaisir d’accueillir un nouveau conseiller municipal issue de la liste :
Mohamed Moulay.

Sur plusieurs délibérations, les élus ont apporté leur expérience et défendu les intérêts des Jocondiens.
Depuis avril 2014, F. Augis multiplie les préemptions urbaines pour un montant total de 1 millions d’Euros. Elles doivent répondre à des projets d’avenir pour les Jocondiens. De plus, quand la ville lance un appel à candidatures comme pour le bail commercial du 35/37 rue Gamard, nous ne pouvons accepter que l’affaire soit conclue alors que des commerçants vont être candidats. Nous refusons une procédure simulacre.
F. Augis et sa majorité ont proposé la mise en place d’études surveillées. Comme nous voulons que les enfants concernés puissent y avoir accès, les élus de gauche ont proposé un tarif sous quotient familial. Loin de l’esprit de justice, A. Goblet adjointe chargée de l’éducation a refusé la proposition.
Enfin, F. Augis a fait le choix de supprimer la direction culturelle de la ville. Deux mois après la suppression des Folies Foraines, le symbole est malheureux. Supprimer cette direction, c’est méconnaître le travail mené avec les artistes et les associations culturelles de la Ville. Et la nécessité de coordonner les relations avec les salles de concert Le Temps Machine et La Belle Rouge ou la MJC.
Projets urbains, Education, Culture, aujourd’hui comme demain les élus de La Ville au cœur sont mobilisés pour votre quotidien et l’avenir de Joué.

Les Folies Foraines : F. AUGIS les supprime sans tambours ni trompettes .

Après douze éditions à succès, les Jocondiens avaient pris l’habitude de se retrouver fin septembre aux Folies Foraines, véritable événement festif, gratuit et populaire qui se renouvelait chaque année dans le Parc de La Rabière.

Sans rien dire aux habitants, F. AUGIS et sa majorité UMP viennent de les supprimer mettant fin à ce rendez-vous culturel qui accueillait autour des spectacles, des animations et de la fête foraine, petits et grands, de tous les quartiers de notre ville.

Finis les spectacles de cirque, de flamenco, de danse orientale et les concerts de musiques du monde ! Finie aussi la mobilisation des associations artistiques et de la vie locale autour de ce bel événement souvent partagé en famille.

Nous condamnons ce choix de réduire l’accès à la Culture surtout à l’heure où la crise frappe durement les jocondiens. La Culture doit rester une priorité municipale : elle permet la rencontre, l’émotion et le partage avec les artistes ; ce fut toujours le choix des élus de La Ville au cœur.

Philippe LE BRETON, Laurence HERVE, Vincent TISON, Marie-Line MOROY, Francis GERARD, Catherine RABIER, Florent PETIT, Kheira FERRAOUN.

La Tribune des Élus de l’opposition

F. AUGIS rejette la mixité sociale :

sa politique du logement est très marquée à Droite !

Dans son entretien du 5 septembre, F. AUGIS précise sa « vision » de la ville.

Son projet vise à totalement transformer la sociologie de la ville en prônant seulement la construction de pavillons et d’immeubles de standing.

Bref, une ville qui exclut les plus modestes et ceux qui démarrent dans la vie.

Or, le logement social est essentiel pour permettre à nombre de Jocondiens d’être dignement logés. Il répond à de nombreuses réalités humaines et sociales : personnes isolées, actifs débutants, retraités ou salariés aux revenus modestes. Il s’agit d’un logement sur quatre dans notre ville et tout immeuble collectif n’est pas du logement social.

Il veut une « ville familiale » alors même que pour fonder une famille, un jeune couple attend souvent plusieurs années car dans un premier temps, il connaît les CDD, voire l’intérim et quand il décroche un CDI, il se situe souvent en bas de l’échelle des salaires.

Donc le jeune couple jocondien ne pourra pas être candidat au rêve de F. AUGIS : « le pavillon sur des terrains de 500 m² « !

Renoncer au logement social, c’est aussi ignorer la crise du logement en France et nier l’histoire et la réalité de la ville.

Le choix de F. AUGIS n’est pas la ville qui rassemble, mais la ville qui lui ressemble et ressemblera aux villes UMP voisines !