La victoire de la droite réactionnaire aux primaires de la droite et du Centre

Le second tour des primaires de la droite et du Centre  a confirmé la victoire de François Fillon comme candidat du parti les Républicains à l’élection présidentielle de 2017.

tract-droite-p2

tract-droite-p1tract-droite-p3

Ce résultat marque l’accentuation du clivage droite gauche que certains à l’instar d’Emmanuel Macron dénonçait. Il traduit la radicalisation du discours de droite, autour d’un programme réactionnaire au plan économique, social et sociétal : ultralibéralisme de Margaret Thatcher, accentuation des inégalités sociales au profit des plus aisés, casse de la protection sociale et des services publics, accentuation des inégalités sociales au profit des plus aisés,  remise en cause de la loi Taubira sur l’adoption des parents homosexuels, polémiques sur l’IVG, (réprouvé à titre personnel par le candidat!), instrumentalisation de l’enseignement de l’histoire, repli identitaire. Il n’aura échappé à personne que certains sujets traduisent une surenchère des thématiques de l’extrême droite dans l’espoir de siphonner les voix du Front National comme en 2007.

Face à cette droite réactionnaire, la gauche et d’abord le PS doit se rassembler autour d’un projet qui repose sur ses valeurs historiques : équité, solidarité envers les plus fragiles, régulation des effets de la mondialisation, affirmation de la laicité qui sera mise à mal par François Fillon soutenu par les catholiques intégristes de Sens commun, autant de sujets  négligés par le gouvernement même si des acquis sociaux ont été obtenus.

Afin d’exister entre un FN populiste au discours pseudo social qui a changé radicalement de fond idéologique, le parti « attrape tout » d’Emmanuel Macron et une gauche démagogique manichéenne incarnée par Mélenchon, le Parti socialiste a la responsabilité, le devoir de se fédérer pour réveiller une espérance au sein des électeurs et un désir de se mobiliser pour combattre le projet de régression sociale de la droite extrême.