Université de l’engagement, un rendez -vous militant et convivial

Une belle réussite pour l’université de l’engagement organisée par le Parti socialiste et ses partenaires à Tours ce samedi.

Militants, sympathisants, historiens, sociologues, élus locaux dont le Président de Région François Bonneau et ministres : Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, Laurence Rossignol, ministre de la famille, de l’Enfance et des Droits des femmes, Emmanuelle Cosse, ministre du logement et de l’habitat durable et le premier Ministre Manuel Valls ont participé à cette manifestation.

Des ateliers ont permis d’échanger sur les réformes fortes du quinquennat : refondation de l’école, extension de la protection sociale, parité homme-femmes  même si ces mesures porteront leurs fruits à long terme, ainsi que sur la politique de la droite dans les collectivités locales, l’occasion de montrer la différence entre une gestion de gauche et une gestion conservatrice, voire réactionnaire répondant aux sirènes de l’extrême droite, par stratégie électoraliste.

L’action menée par François Bonneau à la Région traduit bien ce clivage. La priorité à la formation professionnelle, aux lycées, aux transports et la solidarité territoriale dessinent une véritable politique de gauche proche des citoyens.

Les controverses : les classes populaires et la crise démocratique, et la question sociale aux défis ont suscité des débats riches qui se sont déroulés dans le respect des personnes.

Les discours clôturant la manifestation exprimaient également des positions contrastées. D’emblée, Francis Gérard, premier secrétaire fédéral donnait le ton soulignant les réussites du gouvernement mais également les échecs, les « renoncements » en matière économique et fiscale engendrant un éloignement de l’électorat.

Au contraire, Manuel Valls, dans un discours offensif a appelé les candidats du parti socialiste à se rassembler contre la droite et le danger de l’extrême droite, un appel récoltant plus de scepticisme que d’adhésion de la part des « frondeurs » privilégiant le débat au sein des primaires.

Un succès néanmoins, qui a permis aux militants de se retrouver et d’échanger. Merci au parti socialiste, à la fédération, aux militants, en particulier à Marie-Claude et Jean Marie, de la section de Joué les Tours qui se sont relayés tout au long de la journée pour œuvrer au bon déroulement de l’Université.